Ca sonnait comme une évidence. Un arbitre professionnel en plein essor international, une finale délocalisée (presque) dans son comité d’origine, la plupart des arbitres désignés à l’international cette semaine : Mathieu Raynal arbitrera la finale du Top 14.

Aux bords des terrains (ou devant la télévision), un lieu commun très tenace est souvent véhiculé : « la touche est marquée, donc on ne peut pas la jouer rapidement ». Seulement, il se trouve que ce concept est totalement hors de propos. Petit éclairage sur la règle !

Ah, la fameuse tournée d’été… Ses 24 heures de vol, son décalage horaire, son retour au froid alors que les beaux jours battent leur plein à la maison… Et ses désignations. Voyons un peu. — Photo Stu Forster, Getty Images

Vous le savez, le Super Rugby se développe en cette année 2016. La compétition phare de provinces de l’hémisphère Sud, opposant initialement les meilleures équipes d’Afrique du Sud, d’Australie et de Nouvelle-Zélande, s’étend dorénavant jusqu’en Argentine et au Japon.

Alors que l’arbitrage des passages à vide a été réformé la saison passée, certaines décisions font encore polémique, comme par exemple le refus de l’essai inscrit par Alexis Palisson dimanche. Voyons ce que disent les consignes.

Le panel de la Coupe du Monde comportait douze arbitres. Celui du Six Nations à venir en comporte… douze. Voyons en détail les désignations de ce premier Tournoi post-CDM. — Photo Mike Hewitt, Getty Images

Trouver les touches, c’est important ; les sauver également. Et il est vrai que certaines décisions prises par les arbitres de touche sèment parfois le trouble. Décryptons quelques situations.