Il y a des jours comme ça. Ces jours où rien ne marche, où rien ne va. Joubert arrête. Il y a les jours où tout le monde jubile et où vous êtes en marge. Joubert arrête. Et croyez-nous, ça fait tout drôle. Publicités

Le match d’hier entre le Racing-Métro et le Stade Français a révélé quelques zones d’ombres sur les interdictions qui s’imposent aux joueurs participant à la mêlée. Revenons donc sur deux cas de jeu arbitrés différemment par M. Cardona, l’arbitre de la rencontre.

Durant le match de barrage entre le Racing-Métro 92 et le Stade Toulousain, une action nous a interpellés. Comment réagir lorsque Brice Dulin, emporté par sa fougue, rate son tacle et démolit la cheville de l’ouvreur stadiste (lui occasionnant — on l’apprendra plus tard — une fracture) ?

Ca sonnait comme une évidence. Un arbitre professionnel en plein essor international, une finale délocalisée (presque) dans son comité d’origine, la plupart des arbitres désignés à l’international cette semaine : Mathieu Raynal arbitrera la finale du Top 14.

Aux bords des terrains (ou devant la télévision), un lieu commun très tenace est souvent véhiculé : « la touche est marquée, donc on ne peut pas la jouer rapidement ». Seulement, il se trouve que ce concept est totalement hors de propos. Petit éclairage sur la règle !

Ah, la fameuse tournée d’été… Ses 24 heures de vol, son décalage horaire, son retour au froid alors que les beaux jours battent leur plein à la maison… Et ses désignations. Voyons un peu. — Photo Stu Forster, Getty Images

Vous le savez, le Super Rugby se développe en cette année 2016. La compétition phare de provinces de l’hémisphère Sud, opposant initialement les meilleures équipes d’Afrique du Sud, d’Australie et de Nouvelle-Zélande, s’étend dorénavant jusqu’en Argentine et au Japon.