[AB-RCT] Les essais toulonnais sont-ils valables ?

Le match d’ouverture de ce Top 14 a été très le théâtre de nombreuses critiques, et ce à cause de deux essais très litigieux inscrits par le champion de France en titre. Petit décryptage, règles à l’appui, comme d’habitude…

49ème minute de jeu. Sur une offensive toulonnaise, le 13 rouge (Mathieu Bastareaud) arrive au niveau du porteur de balle et percute le défenseur Gabiriele Lovobalavu, ce qui créé une brèche dans laquelle s’engouffre son ailier David Smith. Après un passage au sol, le centre de l’équipe de France ramasse le ballon et aplatit dans l’en-but. Jérôme Garcès, dans un nouveau maillot noir que la rédaction d’Esprit de la Règle apprécie, accorde l’essai. L’entraîneur toulonnais Jacques Delmas parlera de timing parfait pour qualifier l’action de Mathieu Bastareaud. Alors, valable ?

essai1

Voyons en premier lieu le règlement.

10.1 OBSTRUCTION

(b) Course devant le porteur du ballon. Un joueur ne doit pas volontairement se déplacer ou se tenir devant un partenaire porteur du ballon dans une position telle qu’il empêche les adversaires de plaquer le porteur du ballon ou les prive de la possibilité de plaquer tout porteur du ballon potentiel lorsqu’il reçoit le ballon.

(c) Bloquage du plaqueur. Un joueur ne doit pas volontairement se déplacer ou se tenir dans une position telle qu’il empêche un adversaire de plaquer le porteur du ballon.

10.4 JEU DANGEREUX ET INCORRECTIONS

(f) Jeu sur un adversaire non porteur du ballon. Sauf dans une mêlée ordonnée, une mêlée spontanée ou un maul, un joueur qui n’est pas en possession du ballon ne doit pas tenir, pousser ou faire obstruction sur un joueur non porteur du ballon.

Dans le cas présent, il s’agit clairement d’une combinaison étudiée : l’action de Mathieu Bastareaud est de toute évidence volontaire et ce dernier ne vient pas à hauteur de Matt Giteau en espérant recevoir le ballon. La réaction de Lovobalavu qui est de ceinturer Mathieu Bastareaud est un réflexe, l’impulsion vient bien de l’attaquant sur cet impact. L’application de la règle 10.1 (b), la plus précise, comprend que le centre de l’équipe de France, de par sa position (et surtout de sa percussion), prive Lovobalavu de la possibilité de plaquer David Smith — ce dernier étant le porteur du ballon.

On peut également appliquer la règle du hors-jeu (citée dans l’analyse du deuxième essai, ci-dessous) puisque Mathieu Bastareaud est devant le porteur de balle et fait action de jeu. L’influence de l’écran est certes subjective (l’influence d’un écran est toujours subjective), mais la règle ne fait pas état de ce point ; le fait que le centre toulonnais, non-porteur du ballon, coure vers un défenseur quasi statique jusqu’à rentrer en contact avec lui, est passible d’une pénalité.

Des cas ressemblants mais différents

Au stade Marcel-Michelin, pour le match entre Clermont et Grenoble, l’action d’Aurélien Rougerie lors de l’essai à la 49ème minute (qui a lui été refusé après vidéo) est plus complexe puisqu’il ne s’agit pas d’un lancement de jeu sur regroupement. Cependant, Aurélien Rougerie, qui était dans un premier temps venu en soutien au joueur plaqué, est resté traîner près de l’action en se positionnant devant un défenseur grenoblois. L’arbitrage de l’action sera différent.

Lors de la rencontre entre Montpellier et le Racing-Métro, l’essai inscrit à la 20ème (et validé après vérification) est encore différent. Chavancy joue en leurre mais Trinh-Duc court dans sa direction et, sans y être contraint, le plaque sans ballon. Là, l’essai sera logiquement accordé.

Malgré tout, ce genre de faute est de moins en moins sifflé, au grand dam de la rédaction d’Esprit de la Règle. On voit de plus en plus régulièrement au niveau international, sous prétexte de laisser du champ d’action à l’attaque, un joueur non porteur du ballon faire obstruction en percutant la défense adverse sans que cela ne soit sifflé. C’est dommage que notre sport se transforme ainsi en football américain.

Didier Mené s’est exprimé dans la semaine concernant les actions de jeu évoquées plus haut : « Ces trois cas sont assez différents. À Montpellier, on peut voir que le défenseur s’avance pour plaquer le leurre avant que celui-ci ne vienne à sa rencontre et fasse obstruction. Pour moi, l’arbitre a très bien fait d’accorder l’essai. À Clermont, l’essai a été refusé car un joueur hors-jeu va clairement faire action et impacter le défenseur. Par rapport aux deux règles citées, il est pénalisable. Il reste alors une part de subjectivité pour déterminer s’il a réellement ouvert une porte. L’arbitre a considéré que oui, à juste titre. »

Le président de la Commission Centrale de l’Arbitrage reste intransigeant cependant sur l’action de Bastareaud et sur l’arbitrage des écrans en général : « Ce cas est bien plus discutable, et il sera évoqué lors de notre stage la semaine prochaine. On remarque au niveau international une certaine souplesse du corps arbitral sur ce type d’actions. Pour ma part, je ne souhaite pas qu’il y en ait en France, car l’attaquant va plus sur le défenseur que le défenseur ne vient vers lui. Il doit donc être pénalisé. »

À une question lui demandant si un leurre devrait être obligé de s’arrêter une fois la ligne du ballon franchie, il répond : « En tout cas, s’il ne s’arrête pas, il ne faut pas que son contact avec la défense ouvre une porte et ait une influence sur la suite de l’action. S’il faut dix ralentis pour arriver à prouver que son action a été licite ou non, ça sera trop compliqué. […] Je vais demander à ce que l’arbitrage en France soit moins permissif, et même au niveau international, si tant est qu’il le soit encore, puisque il ne faut pas non plus caricaturer. » On peut se réjouir que Didier Mené tente de préserver ainsi l’esprit du jeu et des règles.

56ème minute de jeu. Lors d’une attaque toulonnaise déployée sur l’aile gauche, Armitage est stoppé à cinq mètres de l’en-but bayonnais et lance le ballon vers l’arrière en direction de son partenaire au centre Mathieu Bastareaud. Ce dernier tape au pied dans le ballon et, emporté dans son élan, percute un défenseur bayonnais. Cette percussion est un fait de jeu, il n’y a aucune intention d’antijeu de quiconque. Martin Bustos Moyano, le dernier défenseur bleu qui percute le centre toulonnais, tend le pied dans le but de contrer le ballon. Après cela, le 11 rouge (David Smith), devant Mathieu Bastareaud au moment du coup de pied, court dans l’en-but et aplatit in extremis le ballon dans les limites du terrain.

essai2

De nombreux supporters ont crié au hors-jeu, car David Smith est devant Bastareaud lors du coup de pied. Mais ce n’est pas aussi simple que ça… Il est important de relire la règle.

HORS-JEU : DÉFINITION

(…) Dans le jeu courant, un joueur est hors-jeu s’il se trouve devant un coéquipier qui porte le ballon ou devant un coéquipier qui a joué le ballon en dernier. (…)

Dans le jeu courant, un joueur peut être remis en jeu par une action d’un coéquipier (…). Cependant, le joueur hors-jeu ne peut pas être remis en jeu (…) s’il avance vers le ballon.

11.1 HORS-JEU DANS LE JEU COURANT

(a) Un joueur qui est en position de hors-jeu (…) est passible de pénalité (…) s’il avance ou se déplace vers le ballon.

 11.2 REMISE EN JEU PAR L’ACTION D’UN PARTENAIRE

(c) Action du botteur ou d’un autre coéquipier en jeu. Lorsque le botteur ou un coéquipier situé à sa hauteur ou en arrière quand le ballon est (ou a été) botté, a dépassé le joueur hors-jeu, celui-ci est remis en jeu. Lorsqu’il avance, le coéquipier du joueur hors-jeu peut être en touche ou en touche de but, mais il doit revenir dans l’aire de jeu pour remettre en jeu son coéquipier horsjeu.

David Smith est effectivement hors-jeu lors du coup de pied, c’est une évidence. Mais ce dernier n’est sanctionnable que si, toujours dans cette position de hors-jeu, il avance vers le ballon. Et l’ailier samoan ne bouge pas avant de se faire dépasser par le botteur (en tout cas, rien de suffisamment flagrant pour être sifflé), ce qui l’a proprement remis en jeu. À partir de là, David Smith peut légitimement se déplacer vers le ballon. L’action est impeccablement arbitrée, dans le sens du jeu, et l’essai est clairement valable puisqu’il est aplati avant la ligne de ballon mort.

Ce match aura nourri de nombreuses contestations… Alors qu’une nouvelle saison se profile, l’arbitrage français risque d’être fortement décrié, d’autant plus que les enjeux sont croissants et les matchs de plus en plus serrés. Aussi, à tous les arbitres ainsi qu’aux amoureux des règles, de leur esprit et surtout du jeu, Esprit de la Règle souhaite une excellente reprise !

Publicités

9 Commentaires

  1. Je juge les 2 actions de la même façon. Smith est hors jeu effectivement, mais ne bouge pas avant d’être remis en jeu, donc pas de faute. Enfin, c’est comme ça que je le vois.

  2. Bonsoir 🙂

    Alors pour moi sur la première action, Bastareaud est bien un leurre, qui même s’il va percuter le joueur sans ballon, n’a pas d’influence sur la défense bayonnaise puisque le moment de l’impact est quasi simultané au passage de ligne de Smith. C’est sûr que ça peut paraître marrant de parler de timing dans cette situation mais je pense que la première chose à juger sur un possible écran c’est l’incidence sur la défense, et ici elle me semble nulle. Alors il reste la simple percussion sans ballon et à l’épaule qui peut être assimilée à du jeu dangereux (Laurent Cardona avait refusé un essai et sorti un jaune pour ça l’année dernière au Michelin) mais comme déjà dit, c’est cohérent avec ce qui se fait depuis plusieurs années où l’on tolère ces leurres qui rentrent en contact. Donc pour moi pas question de le refuser pour un écran au sens propre, mais pour du jeu dangereux avant l’essai à la limite.
    Par contre (c’est pas le sujet mea culpa) mais celui de Rougerie est pour moi aussi « clair et évident » il ouvre la porte et permet l’essai, et je pense même que c’est volontaire. De plus il a fait preuve d’une terrible mauvaise foi dans son interview, donc rien que pour ça je lui donne tort 😉

    Pour ce qui du second essai, je ne suis pas trop d’accord car Smith est effectivement HJ, et ne fait aucun effort pour stopper sa course (il s’arrête 0,5s pour voir où est passé le ballon) mais jamais il n’attend d’être dépassé par un coéquipier en jeu. Pour moi il n’est donc pas remis en jeu et ne peut pas marquer. Mais après tout il ne doit être HJ que d’un mètre au plus, donc ça pourrait passer. C’est plus sur la forme que ça me gène puisque ni le JT pourtant à 1m ni le TMO ne semblent faire mention du Hj ils ne s’intéressent qu’à la ligne de ballon mort pour vérifier la validité de l’essai. A croire qu’ils sont passés au travers, et je pense que l’incompréhension de beaucoup de gens part aussi de là puiqu’il ont l’impression que les arbitres concernés ont tout simplement zappé un HJ (Garcès n’y est pour rien là dessus évidemment, et a réalisé un très, très bon match).

    PS: d’accord pour la tenue, je vais vite me l’acheter ! 😉

    1. Dire que Bastareaud intervient après la percée de Smith, c’est quand même pas évident, surtout sur une action dans ce genre ou tout se passe en quelques secondes. Pour moi ça ouvre clairement la porte, on est donc dans la 10.1 (b). Après, que cela influe ou pas sur le déroulement de l’action, on ne le saura jamais, mais ça n’a aucune importance tant que l’écran est avéré.
      Concernant Rougerie (si si, c’est le sujet !), ça me semble tout de suite moins évident puisque sa course n’était pas préparée à l’entraînement et m’a semblé cohérente par rapport à l’action. Après, je t’accorde qu’il traîne devant le défenseur grenoblois…

      Encore une fois, je pense que tu chipotes concernant le deuxième essai. Ça se passe en un rien de temps, Smith s’arrête pour voir où part le ballon et part en même temps qu’il est remis en jeu. Y’a aucun hors-jeu flagrant, ou alors il est carrément infime. Amha, c’est pas une action qui se dissèque image par image pour tilter juste au moment où il est dépassé, ça se regarde plus dans son ensemble et honnêtement y’a rien qui me choque à vitesse réelle.

      Tu l’achètes où ton maillot ?

      1. Ouai mais en fait on m’a dit que j’étais le bienvenu pour commenter alors si j’étais d’accord ça devenait moins marrant :p

        Plus sérieusement, je chipote peut-être pour le second, et c’est bien pour ça que j’ai précisé que l’on parle d’un HJ d’un mètre au plus, ça ne change rien du tout à l’action Smith aurait marqué de toute façon, HJ ou pas, puisque aucun bayonnais n’était en position de pouvoir défendre sur lui. Après d’un point de vue purement règlement, je reste persuadé qu’il est HJ et non remis en jeu, même si l’absence de tout bayonnais fait considérer qu’il ne fait pas action de jeu. Mais je le prendrais pour ne pas s’être arrêté. Encore une fois apparemment ce HJ est vraiment infime puisque les 3 officiels concernés sont passés outre sans même s’en préoccuper.

        Concernant le 1er, il y a contact oui (et un contact dur) mais pour tout ce qui est de l’ouverture de porte et de l’incidence sur la défense on ne le saura effectivement jamais, donc l’arbitrage de cette situation est encore une fois très subjective et laissée à l’appréciation de chaque arbitre.
        Rougerie parlons-en alors 😉 pour moi ça paraît clair qu’il le fait volontairement et que pour le coup, vu la proximité entre le défenseur gêné et l’attaquant qui perce, je pense que c’est vraiment lui qui permet cette percée. Le défenseur joue sûrement aussi bien le coup mais Rougerie lui barre carrément la route, et avait bien senti le truc en se plaçant parallèlement à la ligne de touche pour barrer la route au défenseur, ce qui n’était pas le cas de Bastareaud qui le prend de face (je ne dis pas que c’est mieux mais juste qu’en analysant les deux positions, pour moi les intentions sont différentes: pour l’un c’est un leurre, pour l’autre c’est une barrière).
        D’ailleurs j’en profite pour dire que Fabien Pelous devrait arrêter de dire nimporte quoi aux téléspectateurs parce qu’il n’a cessé pendant MHR/RM92 de comparer les 3 situations et de dire que les arbitres ne les gèrent jamais de la même façon, que ça manque de cohérence etc, alors que pour moi ces 3 situations sont bien distinctes !

        J’achète mes tenues directement à D.Dartigeas (ouai parce que sinon quand tu les as ben elles ont déjà changées…) mais j’espère que ce sera possible là et qu’elles ne sont pas réservées qu’aux fédéraux 😉

  3. J’attendez cette article avec impatience 🙂

  4. C’est possible, j’ai eu l’impression personnellement, en temps réel que Lovo était allé au placage : il se baisse dans un premier temps et la il y a percussion. Le doute est donc permis. Est-ce que Lovo allait défendre sur Smith ? Je ne suis pas sûr. Ce qui est certain par contre, c’est Basta charge à l’épaule. Et ça c’est un geste dangereux qui, si je l’avais vu sur le terrain (ce qui est pas sûr du tout 😉 ), j’aurais sanctionné d’une pénalité (au moins).

    Par contre, sur celui de Rougerie, il n’y a pas de doute je suis désolé, c’est clair qu’il a coupé la course du défenseur et que c’était pénalisable.

    Pour le second essais, je n’ai personnellement jamais douté de la remise en jeu de Smith par Basta.

    1. Pour Rougerie ça me semble loin d’être évident. Mais c’est vrai qu’au ralenti j’ai l’impression qu’il reste volontairement devant le défenseur grenoblois (qui joue d’ailleurs très bien le coup en levant les bras au ciel). 😉

  5. Bonjour

    Pour le premier essai votre subjectivité l’emporte sur les faits. 😉

    Deja il y existe bien d’autre vue de l’action autre que celle ci passe a vitesse grand V
    http://m.youtube.com/watch?v=3LClFJVcejM
    Regardez bien la position et l’attitude de Lovo a 2:00 mn

    et qui montre que basta ne percute pas Lovo pour l’empêcher de plaquer Matt (sui avait deja fait la passe a David) ou de plaquer David.
    Car Lovo avait clairement ete leurré par Basta qu’il a cible et plaqué. Cela n’est pas evident car sur le placage Lovo celui ci se retrouve le cul par terre par la puissance de Badta et se case même le bras 😥

    Comme lovo ne ciblait pas David qui avait bien la gonfle, basta ne fait pas obstruction mais il est bien un leurre.
    Ce qui est la base de l’esprit de la regle 😉

    Enfon c’est mon avis et celui de l’arbitre de champ et vidéo. …

    1. Le plan de la deuxième minute est trompeur. Lovobalavu ceinture Bastareaud, oui, mais en restant statique, uniquement parce qu’il le voit lui foncer dessus. D’ailleurs, il encaisse toute la force à l’impact, c’est révélateur. À partir du moment où Bastareaud vient le percuter sans ballon alors qu’il n’y a aucune avancée significative du défenseur, c’est une action irrégulière. Pour le bien du jeu, il faut arrêter de tolérer ce genre d’écran. 😉

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s