[Crusaders-Waratahs] Mc Caw pénalisé à tort ?

À deux minutes du terme de la finale du Super 15, Craig Joubert a pénalisé Richie Mc Caw pour une faute peu évidente dans un ruck. La pénalité transformée par Foley, et c’est la province australienne qui remporte le titre, au bout du suspens, 33 à 32.

« C’est du 50-50, j’aurais très bien pu ne pas être sanctionné. » Richie Mc Caw ne croit pas si bien dire. Réputé pour son impunité dans les phases de ruck notamment, le troisième ligne-aile des Crusaders a cette fois-ci été pris la main dans le sac, sanctionné d’une pénalité, et s’est vu en conséquent privé, lui et son équipe, d’un sacre en Super Rugby. Oui mais… Repassons-nous l’action.

Ici, Craig Joubert siffle une entrée sur le côté. Soyons clairs : en premier lieu, le joueur bleu tombe au sol tout seul, ce qui n’implique aucune zone de plaquage, et donc aucune obligation pour les joueurs adverses de venir jouer le ballon dans l’axe tant qu’aucun ruck ne se forme. Richie Mc Caw rentre dans un premier temps sur le côté, premier au contest, mais se fait rapidement déblayer. Et lorsqu’il revient dans la zone, toujours sur le côté, deux joueurs sont déjà présents. Ensuite, tout n’est qu’interprétation, et dans un championnat où l’attaque est tant valorisée pour assurer le spectacle, un tel dénouement devait arriver…

Le flanker néo-zélandais s’est expliqué en ces termes : « J’aurais dû être plus conscient que ma position était aussi illicite. J’aurais dû mieux évaluer la situation. […] C’est assez décevant mais d’un autre côté, j’ai tout essayé pour jouer le ballon. C’est la loterie et tu ne te rends pas compte de la situation dans laquelle tu es. […] J’aurais dû être capable de me retirer plus vite de cette zone-là. Au contraire j’ai ouvert une porte à Craig Joubert pour me sanctionner. »

En effet, un ruck s’est entre-temps formé entre le 16 rouge et le 11 bleu au-dessus du ballon, et Richie Mc Caw est clairement sur son côté… Mais Craig Joubert aurait tout aussi bien pu arbitrer cette phase de jeu sous un autre angle et siffler en faveur de la défense — ou mieux, laisser jouer, puisque le déblayage semble efficace et le ballon peut être rendu disponible.

Que faut-il donc sanctionner ? Les écrits ne le disent pas. Certains noteront que Richie Mc Caw gesticule sur le côté du ruck sans vraiment gêner le soutien bleu, qui est lui déjà battu par le gratteur rouge. D’autres souligneront qu’à travers cette décision, l’arbitre sud-africain reste cohérent dans sa gestion des phases de ruck durant tout le match. L’esprit, la règle, son application et la cohérence… En ces circonstances, bien que chacun puisse avoir une opinion différente de ce qu’il aurait fallu ou non siffler (sans qu’aucune ne soit vraiment bonne ou mauvaise…), il convient de ne pas accabler Craig Joubert, qui a eu affaire à l’une des décisions sans doute les plus compliquées de sa carrière.


Un détail a cependant agacé notre rédaction dans les jours qui ont suivi, et nous tenions à vous en faire part. En effet, sur son site internet Rate The Ref (= Note l’Arbitre), Jonathan Kaplan, premier arbitre à avoir franchi la barre des cent matchs de Super Rugby, a déclaré que cette dernière pénalité était injustifiée dans la mesure où « il n’y avait pas de plaquage » (voilà la seule explication qu’il donne, que nous venons de contrer plus haut).

L’ancien arbitre international sud-africain est devenu, depuis sa retraite il y a bientôt un an (comme c’est bizarre !), l’auteur de critiques parfois cinglantes et d’analyses souvent sommaires et péremptoires (surprenantes pour un ex-arbitre de son niveau)ponctuées par certains jugements de valeur bien personnels, qu’il publie sur son site mais également sur son compte Twitter. Ainsi, durant la saison passée, des prestations tumultueuses (de Jaco Peyper notamment) ont été saluées par Kaplan tandis qu’Alain Rolland et d’autres ont pu être très vivement critiqués suite à des matchs pourtant propres. Pour l’objectivité, on repassera.

Ce cas de jeu ne fait pourtant que rappeler aux amateurs de rugby l’importance de l’interprétation du jeu par l’arbitre, seul garant sur le terrain de l’esprit de la règle. Ici, le jugement de Craig Joubert est contestable (et contesté…) mais est pourtant acceptable selon la règle et au vu de son match. Au grand dam de Richie Mc Caw…

Advertisements

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s