Top 14 : Un promu, et six semi-professionnels…

gauzere_sf

Le panel du Top 14, constitué de treize arbitres la saison passée, accueille un nouveau venu de Pro D2 durant la trêve. Pendant ce temps, six de ces quatorze arbitres vont voir leur statut évoluer… — Photo Stade.fr

Voilà qui devrait satisfaire les partisans d’une professionnalisation de l’arbitrage. En plus des quatre professionnels qui sont Mathieu Raynal, Jérôme Garcès, Pascal Gaüzère et Romain Poite, six autres arbitres vont adopter un statut semi-professionnel : il s’agit de Cédric Marchat, Sébastien Minéry, Salem Attalah, Christophe Berdos, Alexandre Ruiz et Maxime Chalon. Il s’agit là d’une première mondiale, et elle est à mettre au crédit de Didier Mené et de l’arbitrage français.

Toutefois, Cyril Lafon, Sébastien Clouté, Laurent Cardona et Patrick Péchambert ont refusé un quelconque statut professionnel. Didier Mené l’explique en ces mots : « À minima, on leur a proposé de passer à quatre-vingts pour cents de leur temps. Ils ne peuvent accepter. Cela prouve les limites du professionnalisme à tous crins puisqu’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas sacrifier leur carrière professionnelle. Ils n’ont pas accepté parce qu’ils ignorent ce qu’ils deviendront quand ils reviendront dans leur société. » Ce n’est pas pour autant que les quatre officiels seront privés de matchs la saison prochaine, puisque Didier Mené ne veut pas se passer de leur expertise.

Autre évolution : un arbitre supplémentaire arbitrera en Top 14 la saison prochaine : il s’agit de Maxime Chalon. Le panel sera ainsi composé de quatorze arbitres, avec, en théorie, un match toutes les deux semaines pour chacun d’entre eux. En provenance de la Pro D2 dans laquelle il avait fait d’excellents débuts la saison passée, M. Chalon, 36 ans, sera le seul arbitre du comité Limousin à diriger des matchs en Top 14 lors de la saison à venir.

Le panel des arbitres de touche a lui été resserré à douze JT2 en Top 14 (dix-neuf en Pro D2). Des consignes ont également été données pour limiter leurs interventions, parfois intempestives, et ainsi redonner plus de pouvoir à l’arbitre central.

Enfin, Didier Mené a promu vingt arbitres espoirs (de 20 ans à 32 ans) en Fédérale 1 et Fédérale 2 pour l’an prochain. « Un arbitre professionnel ne s’achète pas aux antipodes. C’est le fruit de dix ans de formation nationale. » Encore une fois, le patron des arbitres français met le point sur la formation

Advertisements

3 commentaires

  1. Ok pour le cursus »formation » mais Mr Mené reste très flou quant aux conditions de nominations dans la catégorie supérieure…. la transparence n’est pas de rigueur!!!

    1. Les arbitres passent dans la catégorie supérieure quand on estime qu’ils ont le niveau, c’est tout…

  2. Une bonne chose je trouve.

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s